Le partenariat local de prévention (PLP) – Un outil pour et par les citoyens

Voilà un outil connu, certes bien plus actif au Nord du pays qu’en Wallonie mais d’une efficacité louée par toutes les polices où il est opérationnel.

Des PLP existent dans notre entité mais relancer le thème est nécessaire car encore trop méconnu.

Mais qu’est-ce donc ce partenariat ?

Introduction, site besafe.be :

Le Partenariat Local de Prévention

Un Partenariat Local de Prévention(PLP) est un accord de collaboration entre les citoyens et la police locale au sein d’un quartier déterminé. Les acteurs du projet sont les citoyens (collaborer), le coordinateur (diriger) et la police locale (concerter).

Non seulement les indépendants, mais également les organisations professionnelles et les PME peuvent prendre l’initiative de démarrer un PLP-I. Les citoyens d’un quartier commercial peuvent également être impliqués.

L’objectif est :

· d’accroître le sentiment de sécurité général du citoyen ;

· de favoriser le contrôle social ;

· de propager l’importance de la prévention.

Au sein d’un partenariat local de prévention, il y a un échange permanent d’informations :

· entre la police locale et les citoyens ;

· par la diffusion de conseils préventifs ;

· avec l’accent sur la diffusion de l’information opérationnelle utile ;

· adapté aux besoins et attentes spécifiques des citoyens concernés.

Une bonne préparation et organisation est essentielle. En outre, une évaluation permanente est également une condition pour faire évoluer le PLP en une organisation forte. Tous les partenaires concernés veilleront à un échange d’informations, dans le cadre duquel la spécificité de chaque partenaire est respectée.

Le fonctionnement d’un PLP est régi par la circulaire ministérielle du 10 décembre 2010.

Nous n’allons pas rentrer dans les détails de cette circulaire. Cela serait une lecture fastidieuse et qui n’intéresse pas tout le monde. Néanmoins, en fin d’article, un lien sera mis pour voir l’entièreté des objectifs d’un PLP et son mode de fonctionnement.

Cet outil de prévention n’a aucune connotation politique et se fait selon le bon vouloir des citoyens.

Ce n’est pas une organisation qui va procéder à des patrouilles, laissons cela aux professionnels.

La création d’un PLP stimule les citoyens à signaler les faits, les comportements anormaux et les individus suspects à la police qui a pour tâche de réagir.

Les informations transmises à la police peuvent l’être par tout participant au PLP.

Les échanges d’informations se font au moyen d’un plan de communication préétabli et vous savez comme nous que ce ne sont pas les moyens de communiquer qui manquent à notre époque.

En contact direct avec la police locale, ce réseau permet de facilité le travail journalier des inspecteurs de police et de prévenir le plus grand nombre de personnes possible dans des délais très courts.

La police va réagir selon les informations reçues et rendre les quartiers plus sûrs.

Avant de pouvoir procéder au lancement d’un PLP, il vous faudra d’abord et surtout vérifier s’il existe parmi les habitants/indépendants dans votre quartier ou secteur une assise suffisamment porteuse pour ce type d’initiative.

Parlez-en avec vos voisins ou avec d’autres habitants du secteur. Seulement après, il vous sera possible de passer à l’étape suivante.

Le rôle des autorités locales est d’encourager la création de PLP et elles peuvent assurer un soutien en mettant à disposition des moyens nécessaires au bon fonctionnement du PLP.

Le demandeur se doit d’être neutre, sans intérêt lucratif personnel, être majeur, connu et s’impliquer dans son environnement PLP.

Il se doit d’être social, de respecter les valeurs démocratiques, solidaire avec le quartier, patient, communicatif et s’en tenir aux dispositions de la circulaire qui régit le PLP ainsi que de la charte et du règlement d’ordre intérieur.

D’un autre côté, les autorités administratives locales se doivent de travailler en étroite collaboration avec les services de police et ouvertes au dialogue avec le citoyen.

Pour ce faire, elles doivent, parmi d’autres tâches, se montrer impliquées et soutenir la communication entre les acteurs, procurer l’encadrement administratif nécessaire pour lancer le projet, acheter et installer les panneaux PLP ainsi qu’examiner la possibilité d’une aide financière.

N’oubliez jamais que le citoyen est un maillon indispensable à la chaine de sécurité.

Le citoyen s’engage dans un PLP avec la police avec en arrière-plan, les autorités locales. Cette collaboration est basée sur l’échange d’informations pour prévenir les délits.

Un commissaire de police en région wallonne a écrit que les cambriolages ont diminués de 40 % dans sa commune depuis la mise en place de PLP. Cela renforce le sentiment de sécurité qui est la première priorité.

Et comme dit plus avant, il existe aussi des plan PLP-I réservés aux indépendants, aux centres commerciaux etc. Et qui agissent de la même manière.

A ce jour plus de 1.000 PLP existent en Belgique mais moins de 180 en Wallonie, même si cela attire de plus en plus de candidats.

Et là où il existe, on s’en félicite. Des arrestations de cambrioleurs et de trafiquants de drogue ont déjà été permises par ce type de prévention sans compter les multiples interventions pour d’autres types de faits délictueux.

Un PLP, c’est avant tout, l’amélioration de la cohésion sociale.

Et cela ne concerne pas uniquement les vols où des dealers, cela peut très bien être des faits de nuisances.

Alors, n’hésitez pas à vous lancer

Notez que la ville organise régulièrement des réunions citoyennes auxquelles on ne donne pas assez d’importance.

Pourtant, c’est un lieu de discussion où l’on peut exposer ses problèmes ou ceux d’un quartier et donner des idées pour mieux y vivre. Evidemment, il faut une suite aux bonnes idées et la mise en place de services pour contenter un maximum de gens. C’est la solidarité qui doit primer, il est impossible de satisfaire chaque personne de chaque quartier.

Les amis du Moulin Soete ont franchi le pas et un PLP existe pour la surveillance du moulin. D’autres quartiers sont aussi pourvus d’un PLP. Nul ne doute qu’ils rassurent et qu’ils sont bénéfiques pour les citoyens concernés.

Pour tout connaitre en détail suivre le lien ci-dessous

https://www.besafe.be/fr/plp

Et la fiche à compléter pour la police de Comines-Warneton :

http://www.policelocale.be/files/5318/files/downloads/A-propos/PLP/InscriptionPLP.pdf

http://www.policelocale.be/5318/downloads/file/A-propos%2FPLP/InscriptionPLP.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 40 = 49